CHAPTER 6

   - Vous n'y êtes pas allée de main morte, ça c'est le cas de le dire... Mais il n'y a pas d'os cassé, vous aurez une belle entorse pendant quelques jours tout au plus. Essayez de ne pas utiliser votre main autant que possible.
Pendant que l'infirmière scolaire posait mon bandage, je brûlais intérieurement en me remémorant ma perte de sang-froid d'il y avait quelques minutes.
   - Je suis droitière, j'ai des cours à prendre, des choses à faire, comment je vais me démerder si je dois pas l'utiliser?
Mon ton était agressif mais à vrai dire, je n'arrivais juste pas à contrôler mes émotions à ce moment-là. Mais l'infirmière ne m'en tînt pas rigueur et se montra pédagogue:
   - Ça Cyrielle il fallait y penser avant de fracasser ce casier.
Dans mon état, les critiques et les leçons de morale n'étaient pas les bienvenues.
Je ramenais brusquement à moi mon poing endolori et plongeais mes pupilles dans les yeux de l'infirmière, les mâchoires serrées.
Castiel s’empara alors de mon poignet et le remit entre les mains de cette dernière:
   - Arrête de faire ta mauvaise tête Cyrielle, elle veut t'aider.
   - Merci Castiel, répondit-elle en lui souriant.
   - A ton service Daphnée!
Je fus étonnée un instant qu'il l'appelle par son prénom puis n'y prêtais pas plus grande attention. Je voulais juste partir d'ici.
   - Alors, tu as trouvé un moyen de plus pour venir te fourrer dans mon infirmerie, demanda-t-elle à l'attention de mon accompagnateur.
   - Pour une fois c'était pour la bonne cause, avoue!
   - Hm, c'est vrai que je ne t'ai encore jamais vu arriver ici "accompagné". Une grande première. Tu as jeté ton dévolu sur notre petite nouvelle?
Je me redressais:
   - Écoutez-moi bien tous les deux! Vous allez vous calmer tout de suite sin...
Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que tous les deux éclatèrent d'un rire tonitruant.
   - Détends-toi Cyrielle, fit Daphnée en terminant mon bandage, je te taquine! Castiel m'a parlé de toi depuis ton arrivée. On dirait bien que tu lui plais et c'est assez exceptionnel. 
Je frottais mon poignet bandé et ajoutais:
   - Ça me fait une belle jambe.
Castiel fit la moue et s'adressa à Daphnée qui continuait à rire discrètement:
   - Tu vois c'que j'te disais? dit-il. Un vrai bloc de glace, impossible d'avoir un mot gentil de sa part. Pourtant c'est pas faute d'essayer! Hein?
Il m'avait donné une tape sur l'épaule. Je soupirais et baissais la tête.
   - Désolée... Je suis désolée... d'être aussi brutale avec toi, je ne sais...
   - "Pas comment m'y prendre avec les gens", compléta-t-il pour finir ma phrase. Hé ben commence par baisser un peu ta garde et ça sera un bon début!
   - Difficile avec toi vu ce que tu me fais subir depuis deux jours, bougonnais-je.
   - Quoi? demanda-t-il en tendant l'oreille vers moi.
   - Je vais essayer... de faire des efforts...
Un sourire gigantesque étira ses lèvres.
   - Super! Et un point pour mon camp, fanfaronna-t-il le torse bombé.
   - Eh bien Cyrielle, je crois que j'ai trouvé un bon moyen de t'obliger à te coltiner notre chère coqueluche de Castiel, parce que je n'ai aucun doute que lui se débrouillera toujours pour te trouver, intervint Daphnée en allant s'asseoir derrière son bureau.
   - J'ai peur d'entendre ton idée, fis-je, tendue.
   - C'est assez simple. Ta main est HS pour quelques temps et tu as des cours à suivre, des choses à faire comme tu me l'as si bien dit tout à l'heure...
   - Oui et...?
   - Et Castiel toi il te manque, de façon évidente, une raison valable de te motiver à aller en cours, pas vrai?
Il haussa les épaules pour acquiescer.
   - Bon je ne vois qu'une seule solution à vos deux problèmes, finit-elle par dire en s'accoudant sur son bureau, un sourire amusé au visage. Je retenais mon souffle et déglutis.
   - Castiel, ajouta Daphnée, que dirais-tu d'être la main droite de Cyrielle?

Assise à la table de la cafétéria, j'attendais que mon plateau arrive en me rongeant les sangs à l'idée de la galère dans laquelle je venais de me fourrer.
   - Allez lève-toi!
Je me tournais et vis Castiel:
   - Hein, pourquoi?
   - On va se poser dehors, il fait beau, autant en profiter.
Il se pencha près de mon oreille et chuchota:
   - Et puis si on a envie de s'en griller une pendant qu'on mange, ce sera plus pratique tu ne penses pas?
   - ... Je suppose, fis-je en me relevant.
Castiel passa devant moi pour me montrer la direction. Il traversa la cafète, slalomant entre les tables en portant nos deux plateaux repas. Beaucoup de filles présentes en train de déjeuner nous dévisageaient avec insistance. Moi qui aurais aimé me faire discrète dans ce lycée, c'était vraiment mal parti.
   - Après toi, fit Castiel en m'ouvrant la porte vers les jardins du bahut.
   - Merci.
Octobre nous laissait un peu de répit pour cette journée et nous gratifia d'un soleil agréable et chaleureux. Castiel et moi nous sommes assis près d'un arbre sur la pelouse tiède. Il posa mon plateau devant moi et entama son entrée. J'en fis de même mais plus péniblement. Manger un repas complet de la main gauche n'était pas chose aisée. Au bout de quelques minutes, je jetais ma fourchette sur mon plateau et sortie une cigarette que j'allumais avec beaucoup plus d'aisance.
   - Tu ne manges pas? demanda-t-il.
   - C'est trop la merde. Je vais manger le pain et le dessert et ma cigarette me servira de coupe faim.
   - Tu veux que je te découpe ta viande Mamie?
Je lui soufflais ma fumée à la figure et eut un rire forcé:
   - Très drôle mais non merci.
   - Comme tu veux.
Je grignotais tandis que Castiel terminait son repas. Je l'écoutais me parler de ses amis et de ses occupations:
   - Je ne sais pas si tu as eu l'occasion de croiser Lysandre depuis que t'es là...
   - Lysandre? Non, ça ne me dit rien...
   - Les yeux vairons, des vêtements complètement "hors du temps"...
   - Ha! Oui je vois mais on a pas discuté tous les deux. Pour le moment je n'ai fait la connaissance que de Peggy...
   - Hm, une vraie pie celle-là, ajouta-t-il entre deux bouchées.
   - Iris qui a essayé d'être sympa je crois et qui a pourtant réussi à m'énerver en 30 secondes...
   - C'est une chouette nana, elle est maladroite mais elle n'est pas méchante pour un sou.
   - J'm'en doute. Je me rends compte que j'ai été vraiment froide avec elle. La pauvre, je lui ai pas laissé une chance. J'irai lui parler plus tard.
   - Woaw, tu fais déjà des progrès à t'entendre!
   - Du calme, rien n'est fait. Pour ce genre de chose je préfère prendre mon temps. Après il y a eu Ambre bien sûr et ce matin j'ai rencontré Violette. Elle m'a filé un de ces dessins, c'était sympa.
   - Ça ne m'étonne pas que tu l'apprécies. Vous vous ressemblez un peu toutes les deux.
J'écrasais mon mégot dans mon assiette et pris soin de le recouvrir de nourriture:
   - Je vois pas en quoi.
   - Tu verras. Elle aime autant se mêler aux autres que toi à la différence qu'elle ne pipe pas un mot. Je ne pense pas qu'elle se tienne consciemment à l'écart des gens qui l'entoure parce qu'en général tout le monde la trouve mignonne et adorable mais disons qu'elle est beaucoup plus taciturne que toi et ta grande gueule par exemple.
   - Pardon d'avoir une grande gueule, ronchonnais-je.
   - Ça ne me dérange pas, la mienne n'est pas mal non plus.
Je me surpris à répondre à son sourire. Il continua:
   - Pour en revenir à Lysandre, tu sais que lui et moi on a un groupe?
   - Non, comment veux-tu que je sois au courant...
   - Pas faux, répondit-il. Je crois qu'il n'y a que la musique qui me donne envie d'avancer dans la vie.
   - T'as pas choisi le chemin le plus facile.
   - A quoi bon choisir la facilité? J'ai des choses à prouver et c'est pas à la tête d'une entreprise ou derrière un bureau que j'y arriverai.
   - C'est une pensée juste, fis-je en lui tendant mon paquet de cigarette. Il en prit une et je lui jetais mon Zippo qu'il attrapa au vol.
   - Tu vois, ajouta-t-il en me rendant mon briquet, c'est pareil avec toi.
Je levais un sourcil, sceptique et attendais qu'il livre le reste de sa pensée.
   -Tu l'as dit toi-même, je suis constamment entouré de petites minettes prêtes à tout pour mes beaux yeux...
   - Et sinon tes chevilles, ça va Mister Ego?
   - Au poil Miss Icecube, renchérit-il en m'adressant un clin d’œil qui se voulait charmeur. Je l'ignorais en beauté:
   - Bref, enchaîne.
   - Je pourrais me servir auprès de n'importe laquelle d'entre elles. Ambre la première car malgré la frustration que je lui fais subir, je peux la mettre dans mon lit quand je veux.
   - Charmant, lâchais-je.
   - C'est la dure vérité et toutes les filles du bahut le savent. Elles sont juste assez masos pour continuer d'espérer que j'en ai quelque chose à faire d'elles. Mais toi... t'es comme un défi.
   - Et... je dois bien le prendre ça? Que ton défi soit de me mettre au même niveau que ces petites écervelées jusqu'à finir dans ton lit?
Il sourit et me regardait:
   - C'est là où je veux en venir. Regarde-toi, écoute-toi. Je n'y arriverai JAMAIS.
   - C'est bien que tu en sois conscient.
   - Pourtant, me coupa-t-il en levant un doigt devant lui, je suis persuadé de pouvoir faire en sorte que tu finisses par m'apprécier. On doit avoir des choses en communs en plus du fait qu'on soit tous les deux émancipés et que notre famille ne veuille pas de nous.
   - Me met pas dans le même sac que toi Castiel. Je te l'ai dit la dernière fois sur le toit, tu n'as pas une once d'idée de la situation dans laquelle  je me trouve.
   - D'accord! Admettons! Mais tu verras, comme on va être amené à se côtoyer un moment vu que ta main est hors service, on va forcément finir par s'entendre.
Je posais mon plateau à peine entamé sur le sien complètement vide et ajoutais:
   - Je n'ai rien contre le fait qu'on apprenne à se connaître mais met toi bien dans le crâne une chose: je ne ferais jamais partie de ta petite collection de trophées, je laisse ça à ta horde de groupies dégoulinante de cyprine. Dans le meilleur des cas...
Je me relevais et l'invitais à me suivre en souriant:
   - ... c'est toi qui feras partie de la mienne.
Il se mit sur ses jambes en prenant les plateaux d'une main et m'attrapa par les épaules de son bras libre:
   - Je demande à voir.
Quand la sonnerie annonçant la fin de la journée retentit, je descendais récupérer mes livres de cours dans mon casier ainsi que le dessin de Violette pour le ramener chez moi. En sortant de Sweet Amoris, Castiel me rejoint dans la foule et m'accompagna jusqu'à la sortie. Au portail, Peggy apparemment nous attendait et en nous voyant arriver tout les deux, elle griffonna quelque chose sur le calepin qu'elle tenait à la main:
   - Salut Castiel! Salut Cyrielle! Alors, ça roule vous deux?
Elle s'était plantée devant nous et nous bloquait la route. Nous nous regardâmes puis nous tournèrent à nouveau vers notre interlocutrice:
   - Jusqu'à il y a quelques secondes oui, répondis-je sans plus de tact.
   - Toujours aussi agréable à ce que je vois. Tu as pu voir l'édition d'aujourd'hui du journal du lycée?
Je secouai la tête:
   - Pourquoi, j'aurai dû?
Elle sortit un exemplaire de sa sacoche et me le tendit:
   - Y a des chances, tu es mon sujet de la semaine!
   - De la semaine?! Demandais-je, interloquée.
   - Oui, tu es pleine de mystère, et j'aime ça du coup j'ai décidé de partir à la chasse aux infos et je vais commencer tout de suite. Castiel, tu veux bien répondre à mes questions?
Il prit le journal des mains de Peggy et le jetait dans la poubelle la plus proche avant d'ajouter:
   - T'es têtue ma pauvre Peggy, tu sais très bien que je n'ai jamais répondu à tes petites interviews débiles. De toute façon tu te démerdes toujours pour y déformer les propos des gens et y raconter de la merde pour attirer les mouches de ce lycée.
Elle haussa les épaules avec un sourire satisfait sur ses lèvres:
   - J'offre ce que mes lecteurs veulent entendre, ça n'a jamais tué personne de romancer un peu. Et à vous voir tous les deux depuis deux jours, j'ai de quoi alimenter mon quotidien pour pas mal de temps.
Elle n'ajouta rien et partit de son côté en nous laissant au milieu des élèves qui sortaient pour rentrer chez eux. Je me dirigeais vers Castiel qui me tendit son paquet de cigarettes et m'interpella:
   - Tu m'en veux pas d'avoir jeté ce torchon? T'avais peut-être envie de voir ce qu'elle racontait sur toi?
   - Elle n'a strictement rien à m'apprendre sur moi donc non, si tu ne l'avais pas fait, je l'aurai jeté moi-même dans ma cheminée.
Il eut un éclat de rire spontané et enchaîna:
   - Bon, quelle direction on prend?
   - Pour aller où?
   - Ben chez toi!
   - ... Pardon?!
   - Avant que tu ne m'envoies encore bouler, je vais faire simple: JE SUIS TA MAIN DROITE!
   - Pas la peine de gueuler!!! Grognais-je. Et tu es ma main certes au lycée mais on n'a jamais convenu de quoi que ce soit à l'extérieur.
   - Mais je t'offre mes services, comment t'as prévu de manger ce soir avec ta main en mousse?
   - Je comptais commander quelque chose...
   - Hé non! Il se trouve que je cuisine comme un chef, je m'occuperai de toi jusqu'à ce que tu me foutes dehors à coup d'pied au cul et si tu veux que je reste plus longtemps pour m'occuper personnellement de toi, je me dévouerai corps et âme.
Son sourire était évidemment d'une obscénité maîtrisée et j'allais rétorquer quelque chose quand une idée me vint à l'esprit:
   - Encore faudrait-il qu'Il te laisse rentrer chez moi... murmurais-je.
   - Quoi?
   - Rien, tu as raison, je ne peux pas refuser qu'un homme vienne me faire à manger de son plein gré.
   - C'est vrai tu acceptes? Si... facilement.
Son regard se fit suspect face à mon sourire étiré jusqu'aux oreilles.
   - Je n'ai qu'une condition: tu n'as pas le droit de faire demi-tour.
Il eut un mouvement de recul:
   - C'est quoi l'embrouille... Tu veux me zigouiller c'est ça?! M'assassiner sur ton propre terrain? Pense à ces pauvres brebis lycéennes de tous âges qui se retrouveront égarées sans ma divine présence à leurs côtés!
Je croisais les bras et le laissais délirer en le regardant avec insistance. Il soutint mon regard pendant un certain temps où nous restâmes silencieux. Puis nous fûmes gagner par un fou rire qui me fit presque pleurer. Il venait de me donner une bouffée d’oxygène incroyable avec son insouciance et son impertinence. Je lui en fus reconnaissante et pris la route:
   - Allez ramène toi, j'ai hâte de voir ce que tu vas me préparer.
Quand on arriva devant mon portail, je passais devant Castiel et l'invitais à entrer dans mon jardin:
   - Désolée pour l'état de mon terrain et de ma maison.
  - Bwarf, le mien est entretenu par le jardinier de la famille mais j'imagine que si j'étais seul à devoir m'occuper de ce terrain, il serait dans le même état que le tien.
Je me demandais alors à quoi pouvait bien ressembler la fameuse maison où vivait Castiel. Famille en déplacement mais qui couvraient les dépenses de la maison pendant que le jeune homme y vivait, jardinier personnel?! S'il m'annonçait qu'il avait un majordome ou une gouvernante, je crois que ça ne m'aurait même pas étonné. J'allais sur le ponton en bois de ma terrasse et introduisit ma clé pour déverrouiller la porte d'entrée.
   - Hey t'as une niche dans ton jardin! Ça veut dire que t'as un....
Castiel se tût quand il me vit appuyée dans l'encadrement de ma porte avec Trigger assit droit comme un "i" à mes pieds, le fixant avec aplomb. Sa mine se décomposa quand il vit mon sourire s'étirer sur mon visage et j'ordonnais alors à mon chien:
   - Hit!
Vif comme l'éclair, Trigger détendit ses muscles et bondit sur Castiel en lui écrasant le torse, ses deux pattes antérieures en avant. La vitesse et la puissance fulgurante de l'animal le fit basculer en arrière. Castiel se retrouva donc étalé sur mon gazon accoudé sur ses bras, mon chien appuyé sur son buste, chacun fixant l'autre. Castiel avait le visage pétrifié, ne sachant plus comment réagir ni à quoi s'attendre. Je pouffais de rire et Trigger en déduisit que la petite blague était fini. Il lécha alors baveusement la joue de mon camarade de classe et lui aboya joyeusement deux fois au visage avant de revenir se fourrer dans mes jambes pour réclamer ses caresses. Je m'accroupis à sa hauteur et lui frottais le visage entre mes mains en lui embrassant le museau. Il haletait de joie et je le libérais de mon emprise pour qu'il puisse se dégourdir les jambes sur notre petit terrain.
Je redescendis les quelques marches de ma terrasse les mains dans les poches et m'avançais vers Castiel toujours par terre qui reprenait ses esprits:
   - Alors, content d'être venu?
Il me regarda tandis qu'il finissait de s'épousseter:
   - Ça pour un accueil c'est réussi! Pendant 2 secondes j'ai vraiment cru qu'il allait me bouffer...
   - Allez viens, que je te fasse visiter, chantonnais-je.
Il entra dans le salon d'où je le précédais et lui demandais de laisser la porte entrouverte, puis allais remplir la gamelle de Trigger. Il demeura au milieu de la pièce, tournant sur lui même pour pouvoir tout voir.




A droite de la porte d'entrée se trouvait le coin salon avec ses deux canapés et la table basse incomplète ainsi que la télé..






Au fond, séparé par un demi mur, il y a avait Son bureau qu'Elle n'avait plus utilisé depuis des années. Sur celui-ci se trouvait désormais mon ordinateur portable et des antiquités que nous avions ramenées du puce; sur le mur de gauche une bibliothèque remplie de bouquins et contre le petit mur, notre chaîne Hi-Fi et les jouets de Trigger dans une petite boîte en bois.



A gauche de l'entrée, c'était la cuisine délimitée par le bar qui me servait de table à manger et contre lequel se trouvaient trois hauts tabourets. J'allais d'ailleurs m'asseoir sur l'un deux en attendant que Castiel termine son inspection. Il pointa du doigt la porte menant à la pièce à côté de la cuisine:  


   - Ta chambre?
J’acquiesçais d'un signe de tête et je le vis diriger son index à côté de la porte où se trouvait mon synthétiseur:
   - C'est à toi ça?
Je fie la moue:
   - Si on veut, j'en ai hérité. Comme tout ce qui se trouve dans cette baraque.
   - Et tu en joues? demanda-t-il.
   - On m'a appris.
   - Cool!
Il vînt s'asseoir à côté de moi sur un des tabourets et posa son sac sur le comptoir:
   - Tu veux boire un truc?
   - Qu'est-ce-que tu me proposes?
   - J'ai des bières au frais sinon de l'eau.
   - Va pour une bière alors, sourit-il.
Je descendais de mon siège et me dirigeais vers mon frigo pour en sortir les deux bouteilles en verre vertes. J'attrapais un décapsuleur posé sur mon plan de travail et ouvris les boissons de ma main gauche sans problème:
   - Tu t'en sors pas mal pour une droitière, dit-il, impressionné en attrapant sa bière.
  - J'suis barmaid à mes heures perdues, comme on doit faire 15 choses à la fois dans ce métier, on est obligé de savoir se servir de ses deux mains.
Il avala goulûment deux bonnes gorgées et ajouta:
   - Quel bar? Je pourrais t'y rendre visite de temps en temps.
   - Je suis pas sûre d'en avoir très envie, répondis-je en buvant plus lentement ma bouteille.
Il haussa les épaules. J'émis un sifflement court et puissant et Trigger accouru dans la cuisine, en glissant un peu sur le carrelage. Il vit sa gamelle remplie et attaqua son repas. Castiel semblait éberlué:
   - Hé ben, je pensais que mon chien était bien dressé, je vois que j'ai encore du boulot.
   - T'as un chien? Demandais-je en me rasseyant sur mon tabouret.
   - Une vraie bête magnifique! Un beauceron, il s'appelle Démon.
J'eus un sourire en coin:
   - Bon, t'es content? Tu l'as ton premier point commun avec moi.
   - Et pas des moindre! fit-il en cognant le cul de sa bouteille contre le comptoir.
On discuta un moment de nos animaux respectifs quand je vis le mien s'agiter à nos pieds, secouant sa courte queue coupée et haletant bruyamment:
   - Je pense que Trigger veut sortir, dit Castiel en s'aventurant à lui caresser le haut du crâne. Trigger se laissa faire avec plaisir et apprécia ce geste d'affection en fermant les yeux.
   - Exact, alors reste pas assis là, tu vas m'accompagner!
   - Ah? Comme tu veux.
Il engloutit sa boisson d'une traite et je me permettais d'ajouter:
   - Tu aurais pu l'emmener sur la route et la déguster un peu plus longtemps.
   - Tu m'en offriras une autre au retour!
   - Soit, conclus-je en attrapant la laisse de Trigger et mes clés. Allez zou va dehors. Trigger! *sifflement* Out!
Il courut dans le jardin et aboya devant le portail en faisant des tours sur lui-même. Je refermais la porte à clé et tendis la laisse à Castiel en lui demandant de l'attacher au collier de Trigger:
   - Je peux le tenir si tu veux, vu que tu ne peux pas le faire à cause de ta main.
Je marchais à sa hauteur, repris le bout de la laisse et la posais sur le dos de mon chien en prenant soin de coincer sa poignée dans son collier:
   - T'en fais pas, il n'a besoin de l'aide de personne pour marcher, souriais-je. C'est une formalité la laisse, tu vas vite comprendre.
J'ouvris le portail, Trigger passa en premier suivit de Castiel et je refermais derrière moi. Nous nous mîmes en route, Trigger marchant à mes côtés, faisant quelques allers retours entre nous et les parterres de gazon pour faire ses besoins. Je bus une gorgée de ma bière:
   - Pfff, c'est dingue.  J'ai jamais vu un chien aussi obéissant. Faudra que tu m'apprennes ça, Démon si je ne le tiens pas en laisse, il est infernal et bonne chance pour le rattraper quand il décide de se barrer!
   - J'ai eu la chance d'avoir Trigger tout petit, donc je l'ai dressé très tôt mais rien n'est impossible, on pourra tenter et si il n'est pas farouche avec ses congénères , tu pourras l'amener chez moi.
Bizarrement, je ne réfléchissais pas à ce que je disais, je ne me rendais pas vraiment compte que nos conversations se lançaient de façon vraiment naturelle entre nous.
   - Comme quoi, dans un contexte moins stressant et moins oppressant que le lycée, je baisse ma garde avec plus de facilité, pensais-je.
On se promena tous les trois jusqu'à ce que le soleil décline et à mesure que les lampadaires s'allumaient, nous fîmes demi-tour pour rentrer. Sur la route, Castiel s'était amusé avec Trigger en lui lançant un bâton et en jouant à faire des duels de force avec ce dernier. J'observais ces petits moments de vie durant lesquels j'oubliais ceux plus sombres de la journée. Je frottais mon poing bandé et me surprise à sourire face à la gaité et à la complicité de mon compagnon à quatre pattes et de mon nouveau camarade.
Arrivée à la maison, la nuit était tombée et mon perron s'était éclairé des petites lampes d'extérieures fonctionnant à l'énergie solaire. Quand j'ouvris la porte, Trigger se faufila entre mes jambes et se jeta sur sa gamelle d'eau avant de s'allonger sur un des canapés en expirant profondément. J'invitais Castiel à entrer d'un geste de ma main valide. Il entra et je refermais la porte, curieuse de voir comment la soirée allait se dérouler.

37 commentaires:

  1. hey bien hey bien, hey bien... que dire? le contexte le plait assez, à vrai dire, ta fiction accroche dès le premier chapitre (et ce n'est que pur vérité) il va dans sa continuité et j'ai par moment l'impression de lire un roman (encore une fois, je dis ça franchement) je ne sais pas comment expliquez cela autrement. En tout cas, je te souhaite bonne chance pour la suite =p

    RépondreSupprimer
  2. Un super Chapitre! :O (comme toujours dailleurs).

    Je me demande vraiment comment va se passer la soirée.. Ahlalah :
    LA SUITE! LA SUITE! :D

    Lots of bisous. :)

    RépondreSupprimer
  3. la suite pas tout de suite! mais merci celine ;)

    RépondreSupprimer
  4. Encore et toujours classe , et mon dieu ce suspens de fin, c'est insoutenableeeeeuuuuuuuuuh ! J'ai vraiment, vraiment hâte de lire la suite !

    Vends nous du rêve encore et j'vais finir par rêver éveiller tellement la dose seras forte o_o

    Et dit moi les décors tu les fait sur quoi ? A tout hasard, les SIMS ?

    Gros poutoux ! \o/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai créé la maison de Cyrielle sur les Sims 3 c'est plus simple car je suis très mauvaise en décors :p

      contente que que ça te plaise =D

      Supprimer
  5. Super bien écrit comme d'hab ! ;) J'ai hâte de savoir comment cette soirée va se passer :D
    AshleyAally

    RépondreSupprimer
  6. Ché Qui ? Ché moi !

    Ben oui, je poste quand même mon petit commentaire ! Chapitre tout simplement génial, j'ai hâte de voir ce qui va se passer par la suite. Aha, la relation Castiel / Cyrielle s'améliore de jours en jours, ça promet ! Peggy, toujours fidèle à son poste de fouineuse, elle n'en loupera pas une elle. Et elle va même, je pense, préparer un sale coup, et rédiger quelque chose de faut sur Castiel et Cyrielle.
    'Fin bref, j'suis contente d'avoir pu voir comment tu fais tes illu, et c'était une journée géniale ! :)
    Vivement la suite ! OwO

    Andy, ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ma petite Andy <3 tes déductions sont bonnes mais chuuuuuuut tu vas me griller mon suspense :p hihihiii
      bon alors je compte sur toi pour la prochaine vidéo conférence sur livestream ou skype!
      bisouuuuus

      Supprimer
  7. prissoubaby10/04/2012 21:02

    Bien ton chapitre

    RépondreSupprimer
  8. Comme d'habitude super tu m'épate de plus en plus et ta façon d'exprimer les sentiment de tes personnage leur envie leur caractères et toujours aussi bien réussis!! J'ai vraiment hate de lire la suite !!! Et quel suspèce a la fin avoue que tu fais sa sadiquement pour qu'on se ronge les doigt a sang pour savoir ce qui va se passer!!!
    Sinon toujours aussi bien !!! J'ai vraiment hâte de la suite vivement le chapitre 7!!!
    Gros bisous <3

    Océane

    RépondreSupprimer
  9. Trés bon chapite , et comme d'habitude , j'attend la suite avec impatience ! :D Sur A.S je suis CherryBurning . Bis' et bonne continuation ! :)

    RépondreSupprimer
  10. Halala ! Retour de ma connexion internet pour lire ce über-trop-cool-de-la-mort-qui-tue-sa-maman de chapitre !!! o_O

    Et je te hais de nous foutre un suspens pareil ! è_é

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihihiiiii et ce n'est qu'un début :p

      Supprimer
  11. Salut!
    Bon alors, j'ai lu jusqu'au dernier chapitre, c'est pas mal. Le problème c'est les énormes clichés, qui font qu'on se doute de tout, aucune surprise au fil de l'histoire, qui est malgré tout, distrayante. Cependant, il manque vraiment d'originalité, la fille punk rebelle, c'est du vu et revu. A voir si la suite est toute aussi faite de stéréotypes ou pas!
    A plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux signer ton commentaire d'un pseudo, au moins je sais à qui je m'adresse pour la prochaine fois, c'est plus sympa dans une conversation =)

      Pas de soucis pour la critique, c'est un choix d'utiliser un personnage comme celui de Cyrielle et pour le manque d'originalité je trouve que tu vas un peu loin. La possibilité d'imaginer un personnage totalement original est quasi impossible vu que tout a déjà été fait, vu et revu comme tu le dis.
      Mon histoire n'est pas extraordinaire, il n'y rien de fantastique, c'est l'histoire banale d'une fille lambda mais c'est un choix, un parti pris de situer le récit dans une époque comme la notre avec des situations connues de chacun et chacune. C'est facile mais je l'assume ^^
      Je crois pouvoir dire (à chacun d'y voir la prétention qu'il veut) que ma fiction est tout même un brin plus originale que celle de la plupart des autres personnes écrivant des fan-fic inspirées d'AS. Il y a une trame qui prends le temps de se mettre en place, je ne dévoile rien au hasard, tout n'arrive pas "sans surprise" comme tu le fais remarquer, c'est un peu exagéré, ces premiers 6 chapitres ne sont même pas 1/6ème de l'histoire que j'ai en tête mais il faut bien commencer quelque part.

      Enfin, que tu trouves ça distrayant c'est au moins un point positif mais si les stéréotypes te gênent, mieux vaut passer ton chemin car ce n'est qu'un début j'en ai peur ;)

      Merci d'avoir pris le temps de lire et merci pour ta critique!

      Supprimer
  12. j'attends ton prochain chapitre avec impatiente

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'attends avec impatience de trouver le temps de finir ce chapitre x'D J'ai tellement de boulot avec mon stage et mes examens de fin d'année à préparer que je n'ai le temps que de poser quelques lignes chaque fois sur ce chapitre du coup le rythme de parution est ralenti mais PROMIS je fais au plus vite, je ne veux pas que ce soit baclé ;)

      Supprimer
  13. Wouuuaaaaah ***p*** !!!!! Il me fo la suite !!! Oh pitié mets la suite, ou je vais décéder !!!! Se serait triste... T'aurais une lectrices en moins :D !!! Ce chapitre est vraiment passionnant !! Enfin... Dis est-ce que tu pourrais me laisser un petit comm's sur mon blog quand tu mettras la suite ?! S'il te plait !! :D

    RépondreSupprimer
  14. Ah une dernière petite chose ! Pour le comm's, si tu n'as pas de blog Skyrock, mets "Crossroad" en pseudo !!! Voilà ! ^^ Ah aussi, si un jour t'as rien à faire (ce qui m'étonnerait mais bon on peut toujours espérer ^^", je serais vraiment ravie que tu me donnes ton avis sur ma fic !! ^^ Merci !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Debrah! merci pour tous tes commentaires ;D la suite arrive dès que possible, je vais lire te fic de ce pas et te laisse un com pour te parler de mes dessins etc

      bonne soirée!! merci encore pour ton intérêt =D

      Supprimer
  15. Saluut ! :D
    Je suis une envoyée de Andreiia57, et je dois dire que je ne regrette pas d'avoir découvert ta Fiction !
    Oh lala, t'a vraaaiiment un don, je suis impréssionée !
    Et j'adore ton perso, Cyrielle (d'ailleurs son prénom est juste magnifique *-*)
    Dès le début, j'ai accroché, avec les *inspirations* et les *expirations* j'arrivait trop à me mettre dans l'ambiance et quand on te lis, les sentiments de Cyrielles sont tellements bien décris que s'en est renversant.
    Bref, bravo c'est juste superbe ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooooh merci beaucoup! je suis ravie que ça t'ait plu à ce point! hihi je crois qu'Andy m'avait parlé de toi :3

      Bise!

      Supprimer
  16. Alors alors. Comme d'habitude, je n'ai rien à redire au niveau de l'écriture hormis certains choix de mots un peu hasardeux et encore (mais je fais des études d'édition, faut m'excuser de relever des détails à la con ;)) . Bref.
    L'histoire est sympa, plus profonde que la plupart des fics d'AS (que je ne lis quasiment plus pour cette raison), j'ai accroché dès le prologue ce qui est une très bonne chose ! Ton personnage m'intrigue, colle bien à l'univers tout en étant bien décalé. J'ai juste un peu peur d'une chose : le côté Mary-Sue (ou plutôt anti-MarySue dans ton cas).
    Ton personnage a un fort caractère, elle est déchirée, forte, attire l'attention, etc. Ce qui lui donne de la profondeur peut aussi lui nuire, c'est-à-dire que ses faiblesses (cas sociale, passé douloureux, etc.) n'en sont pas vraiment. Selon moi (et ceci n'engage que moi donc), il faudrait que Cyrielle ne soit pas au dessus de tout, qu'elle fasse aussi des conneries, se prenne des claques dans la gueule non pas par la vie mais aussi par les personnages qui l'entourent., en bref ne pas qu'être la ténébreuse qui intrigue tout le monde, que tous les élèves (hormis notre haïssable trio) ont envie de connaître... Le désintérêt de certains (de prime abord) pourrait éveiller son intérêt, je comprends bien que son inaptitude à créer des liens, sa peur de la foule, rendent la tache plus difficile mais même si ta Cyrielle a bien la classe, peut-être que si elle l'avait un tout petit peu moins par moment ça serait pas mal. Je suis d'ailleurs un peu surprise de l'acharnement de Castiel (même s'il faut faire avancer l'histoire) à son sujet. Mais même en prenant tout ça en compte, j'aime ton histoire ;)

    C'est un commentaire bien fouillis et pas pro du tout par la même occasion (j'ai même dû faire plein de fautes...) donc je m'en excuse ^^°.
    En tous cas j'ai hâte de lire la suite, surtout que tu nous as bien laissés sur notre faim ! Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah et GG pour les illustrations aussi :)

      Supprimer
    2. Hey, merci pour ce long commentaire que je vais tenter de décortiquer xD:
      Faudra un jour qu'on m'explique qui est ou qu'est ce que c'est que Mary-Sue? je n'ai aucune idée de quoi il s'agit donc je ne peux pas dire que ce l'histoire ou que Cyrielle ait un côté ou un anti-côté Mary Sue :/

      Des mots hasardeux? hé béééééh sorry, je ne suis pas une professionnelle donc je dois sûrement utiliser des mots peut être trop argotiques mais je fais avec mon vocabulaire et j'essaye de mettre le moins possible de mots du "langage" d'aujourd'hui pour rester le plus "littéraire" possible. Aussi, sorryyyyyyyyyy pour les mots pourris x) Oh! N'hésites pas à préciser de quels genres de mots il s'agit quand tu me dis ça, au moins, je peux essayer de corriger ou d'améliorer! Tout commes les fautes d'ortographe, si tu en vois, let me know! Tout est bon à prendre.

      Ensuite, concernant Cyrielle, tout le monde me reproche son côté grande gueule mais encore une fois LAISSEZ LUI LE TEMPS DE DEVELOPPER SON PERSONNAGE! A part l'anicroche d'avec Ambre, elle s'est quand même tenue à carreau: elle n'a pas insulté la directrice (ce que j'ai vu 1000 fois dans d'autres fictions dont le personnage principal à un fort caractère), elle préfère ignorer les gens qui l'insupporte (Iris, Peggy...) plutôt que d'aller au conflit (ce qu'on verra dans le prochain chapitre) et aussi ET SURTOUT, l'histoire ne fait que débuter. Des conneries elle en a fait dans son passé (ce que l'on n'apprendra pas tout de suite) et je n'ai pas dit qu'elle n'en ferait pas encore. MAIS elle fait surtout des efforts pour le moment pour ne pas provoquer de conneries car elle est dans une position délicate (cf chapitre 1) et ce n'est pas dans son intérêt d'aller chercher des noises aux gens, elle essaye de les éviter. Rien ne dit qu'elle ne baissera pas sa garde plus tard ^^
      Hormis Castiel (et Iris mais c'était un peu pour les mauvaises raisons) qui veut absolument en savoir plus sur elle, personne pour le moment n'a montré de réel intérêt pour Cyrielle. Peggy c'était pour les potins, Iris pour les potins de Peggy, le groupe Lysandre & co n'ont rien fait de plus que de l'observer un peu comme un animal sauf qu'ils n'avaient aucune animosité envers elle. Et Violette sera peut être la seule à vraiment se lier à Cyrielle dans les chapitres à venir mais c'est à voir et ce n'est pas une pauvre conversation et un dessin qui les amèneront à se côtoyer.
      Et enfin Castiel, c'est un parti pris de le rendre aussi populaire qu'Ambre au lycée et de le faire se cogner au mur qu'est Cyrielle. Elle lui résiste, ça l'intrigue rien de plus pour le moment mais fier comme il est d'avoir toujours ce qu'il veut, il va tout mettre en oeuvre pour la faire sortir de ses gonds. Il ne ressent rien pour elle, il joue c'est tout et le fait que Cyrielle ne se laisse pas faire rends le défi plus amusant.
      Vouala! Je crois que j'ai répondu à tout sans trop en dire (ou rien de plus que ce qui sera révélé dans le chapitre que j'écris). Bye Byyyyye

      Supprimer
    3. Hahaha et merci pour les dessins :"D

      Supprimer
  17. J'adore c'est vraiment génial je viens de decouvrir mais j'ai tout lu en a peine deux heure j'ai vraiment hâte de voir la suite ! Bonne chance pour la suite ! :)

    RépondreSupprimer
  18. hé bien ravie que ça te plaise =D le prochain chapitre met du temps à arriver mais mes examens de fin d'année approchant, je suis très occupée, je fais au plus vite pour vous publier un chapitre qui ne soit pas bâclée ;)

    RépondreSupprimer
  19. Hé hé, je commence par un bonjour et un bravo. (Je t'ai découvert grâce à Annuaire-Fiction-As) J'ai accroché à ta fiction comme une moule à son rocher (bon pas super la comparaison, mais c'est du tout moi xD)
    Alors déjà tu as un super style d'écriture ou autre chose qui fait qu'on "accroche". Moi en tout cas, j'ai été très vite emportée dans l'histoire. Cyrielle est un personnage très intéressant avec ce "Elle" mystérieux. La relation qu'elle entretient avec Castiel m'intéresse (petite curieuse que je suis) En effet que va-t-il se passer dans le prochain chapitre !
    Je me rends compte que je trouve pas trop de mot pour dire à quel point j'aime. Et si je disais le fond de ma pensée... On en aurait pour des siècles de traductions. En plus avec les illustrations que tu mets on plonge dans l'histoire (un exemple de totale incohérence, cette phrase ne devrait pas être là) Je te félicite et souhaite une magnifique continuation.
    Moi c'est Saphir :) (je laisse tout de même un endroit où on me trouve)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Saphir pour ce commentaire si chaleureux! C'est toi qui écrit "Dossier Saphir"? si oui ton histoire sort vraiment du lot, un grand bravo pour ton imagination!
      je suis en pleine "illustration" en ce moment même pour le chapitre 7 si ça t'intéresse, c'est par là: http://livestream.com/decaystoonstruck
      ;) merci beaucoup encore!

      Supprimer
  20. Toujours aussi super ^^ J'aime beaucoup la relation qu'elle a avec Castiel

    RépondreSupprimer